Ville#Nuit#1

C’est beau une ville la nuit

Ces lumières flottantes

qui percent à jour le corps des pervertis

Vois ce corps à corps

ces valses d’images et de profits

qui s’apaisent

enfin

sur les visages ébahis

Lorsque les bruits ne sont plus

Musiques

et que l’on ne peut plus

Sourire

C’est l’heure d’aller dormir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *