Mardi:Poème sans hiver

C’est toi que je regarde

derrière tes yeux

sont les réponses

que je cherchais depuis longtemps

au fond de ton regard

je vois

la lame de mon désir

se fondre avec les formes

des flammes de ton plaisir

et s’entremêlent

ainsi

les limites de nos deux corps

et s’arrachent jusqu’à la fin

nos souffles aux lourds décors

Quand la lame du fond

s’étend

sur les rochers de tes falaises

se finit le dialogue

sur l’attente

sur l’encore

sur l’espoir

Les poètes sont les plus mauvaises a.i.mantes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *