La littérature VIRGULE c’est de la merde POINT # EXTRA! Jour 5

Le master de création littéraire du Havre a été invité par le festival Extra! festival de la littérature hors du livre au Centre Pompidou du 11 au 15 septembre. L’occasion pour moi de m’amuser avec la photocopieuse et de développer une série intitulée « La littérature VIRGULE c’est de la merde POINT ». Chaque jour un nouvel objet littéraire a été conçu, inspiré de conversations et d’impressions que j’ai pu glaner au cours de mon séjour parisien.

Jour 5

IDEES, PENSEES, ETC.

C’est une rupture de l’idée de représentation.

Idée ou concept ?

C’est pas la même chose ?

Pas nécessairement.

Comment réconcilier ça alors ?

Supprimons le paraître. Maybe.

C’est drôle, d’une certaine façon, la manière dont tu le formules, c’est déjà une trahison.

Une trahison de quoi ?

De l’idée.

Où naît l’idée ?

Pas dans mon orteil en tout cas.

Tu sais, cette idée linguistique typiquement occidentale de vouloir prouver qu’il y aurait un seul langage dont découle tous les langages…

Oui ?

N’y aurait-il pas une grande idée première, primitive à toute forme de pensée, dans laquelle nous puisons sans cesse, origine des origines, big bang des bigs bangs de la pensée ?

Hum, on ne peut pas penser en amont de l’existence même du monde, si ?

Non, mais on peut penser une infinité d’instants qui ne sont en fait qu’un continuum d’idées, une sorte de décharge créatrice originelle et parce que nous avons inventé le temps, nous oublions le principe de simultanéité de la matière, et donc de son exploitation simultanée. En fait il n’y aurait qu’une seule idée infinie, et comme nous, nous sommes des êtres finis, nous ne nous rendons pas compte que nous ne faisons que puiser des bribes, et si nous recomposions ensemble cet instant, cette matière, nous nous en rendrions compte.

C’est pas le principe de l’internet ?

Un peu. Sans doute un peu. Mais à supp

ort matériel, finitude matérielle.

Faut savoir, la matière n’est-elle pas le support ?

Le support ou le vecteur ?

C’est pas la même chose ? Si il y a matière il y a énergie, il y a principe d’entropie…. etc, etc.

Mais qui a décidé de ça ?

La déflagration créatrice originelle.

Trop facile, c’est oublier que la construction de la pensée se fait par le biais de la socialisation et du mimétisme, elle est donc consubstantielle à une certaine idée de domination, d’influence, etc… Qui détermine les schémas de pensée dominants ?

Des vieux cons hétéros blancs. Et riches.

Ah ah, c’est sans doute vrai, mais un peu facile. Il faut quand même des gens qui y adhérent, suffisamment pour devenir normatif.

Et majoritaire.

Et majoritaire.

Nous avons oublié le principe de singularité. Et de la beauté de la singularité. Même dans les milieux qui se revendiquent différents, les gens se ressemblent. C’est un peu triste.

Parce qu’il y a un besoin d’appartenance, inhérent à notre condition d’être humain ?

Oui, mais ne nous appartenons nous pas par le simple fait
d’exister ?

J’espérerais, mais apparemment, ce n’est pas suffisant. Nous avons besoin de codes, de routines, de rituels. Nous avons besoin de constructions.

De fondations.

Aussi.

On s’est un peu égarées, là non ?

C’était quoi le sujet à la base ?

Savoir si on allait aller acheter du pain, ou si il en restait assez pour demain.

Demain, c’est dimanche.
Demain, c’est dimanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *