La littérature VIRGULE c’est de la merde POINT # EXTRA! Jour 4

Le master de création littéraire du Havre a été invité par le festival Extra! festival de la littérature hors du livre au Centre Pompidou du 11 au 15 septembre. L’occasion pour moi de m’amuser avec la photocopieuse et de développer une série intitulée « La littérature VIRGULE c’est de la merde POINT ». Chaque jour un nouvel objet littéraire a été conçu, inspiré de conversations et d’impressions que j’ai pu glaner au cours de mon séjour parisien.

Jour 4

LA CULTURE LE TRAVAIL LA JUSTICE

    • Je ne sais pas de quoi parler aujourd’hui.
    • Ah bon ?
    • Oui. Ou plutôt, trop de choses.
    • Comme ?
    • La Culture, le Travail, la Justice.
    • Ah ouais, rien que ça.
    • Te moques pas.
    • L’autre jour, un couple d’américains m’a donnée quarante euros tellement ils avaient apprécié ma conversation.
    • Ah ouais…. Chaud.
    • Ça pose question non ?
  • Indeed
  • Est-ce que c’est ça la Culture? La relation entre l’artiste et son diffuseur, quelque qu’il soit, forcément monétisée, nécessairement monétisée ? Je veux dire, il faut bien bouffer à un moment quand même.
  • En tout cas c’est une reconversion professionnelle possible.
  • Indeed.
  • Mais c’est de la prostitution non ?
  • Et c’est mal la prostitution ?
  • Entre adultes consentants, non.
  • De toute façon, tout emploi n’est-il pas une forme de prostitution ?
  • On peut dire qu’à partir du moment où ta force de travail, ton corps est utilisé contre de l’argent, si.
  • Et tes propriétés intellectuelles ?
  • Tu ne peux pas penser en dehors d’un corps.
  • Tu savais que les chinois utilisent le même mot pour « réfléchir » et « ressentir » ?
  • Intéressant.
  • Indeed.
  • Et la Justice dans tout ça ?
  • L’autre nuit, j’ai rencontré A., vendeur de roses la nuit dans les rues et les bars de Paris. Ça fait 8 ans qu’il est en France, il vit dans un squat aux Lilas. Beaucoup, beaucoup de monde dans ce squat apparemment. Il vend environ 14 roses par nuit, à 2 euros pièces. Je lui ai demandé si il préférait vivre en France ou persécuté au Bangladesh. Il m’a répondu qu’il préférait vivre au Bangladesh.
  • Bon, du coup j’ai voulu l’aider. J’avais plus de thunes, les 40 euros déjà dépensé.
  • Ah c’était le même soir ?
  • Oui. Un mec blindé de thunes et plein de remords est venu me parler.
  • Celui qui a licencié 60 000 personnes ?
  • Celui là-même.
  • Et il m’a demandé ce qu’il pouvait faire pour me faire plaisir, en « récompense » de ma conversation
  • Encore ?!
  • Ouais, t’as raison, je pense que c’est une reconversion professionnelle possible.
  • Du coup je lui ai fait acheter toutes les roses d’A. C’est ma propre théorie du ruissellement. J’avais 40 euros, j’ai pu donner des sous aux gens qui en demandaient. J’avais plus, je trouve une autre solution. De moins pauvre à plus pauvre. D’ailleurs, ça marche aussi de ultra-riche à riche.
  • Mais pas de riche à pauvre.
  • Non, pour une raison inexplicable la théorie du ruissellement ne marche qu’à l’intérieur d’une même classe.
  • ça existe encore ça, les classes ?
  • Ça dépend pour qui
  • Indeed.
  • Indeed.
  • Je vois pas le rapport à la Justice.
  • Je ne sais pas, tu trouves cela juste, toi ?
  • Police partout, justice nulle part.
  • Ouais, ressort pas les vieux slogans non plus. Et puis ne me lance pas sur la police, on en a pour deux heure.
  • Et le temps…
  • … est une notion relative et propre à chaque individu, coercisée par une échelle que l’on dit universelle.
  • Comme beaucoup de concepts, non ?
  • Notre sur-conceptualisation du monde a certainement à voir avec le fait qu’il se barre en couilles.
  • C’est pas très Queer-inclusiv ce que tu dis là.
  • Je suis une femme homosexuelle, j’ai bien le droit de parler de couilles quand ça me chante non ?
  • Arf, la légétimisation des existences par le langage dans les milieux militants…
  • … est quelque chose sur laquelle je n’ai pas fini de réfléchir.
  • Parce que ta pensée est fini, à toi ?
  • Non, mais il faut s’arrêter à un moment, non ?
  • Tu me files ta clope ?
  • Tiens, finis la.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *