Etat d’insurgérence

09/03 Ecrit dans l’urgence, dans la vague de l’insurrection ambiante

Il y a quelque chose de pourri dans ma démocratie

quand

des élus

restent

élus

alors qu’ils

votent des lois

qui apparemment

ne les concernent pas

468 députés

absents

pour voter l’urgence d’un état

voter l’ingérence d’un entre-soi

moi je vois déjà

le lobby policier

le lobby politico-financier

décider

de la vie et de la mort

de nos prochaines

années

Merci au

49/3

 

Il y a quelque chose de pourri dans mon état de droits

pour que

sans foi ni loi

celui

qui pour

dans sa jungle urbaine

survivre

vends son shit

aux parvenus

qui sont bien loin

de ses prisons

lui qui

est né au mauvais

endroit

au mauvais

moment et

se prend une peine

purge

ça me rappelle

en d’autres temps

la purge ethnique

et ça

c’est des trucs

qui font mal

au coeur au corps et à la tête

rien qu’à

y penser

mais maintenant

ça s’appelle

la purge

sociologique

 

Il y a quelque chose de pourri dans ma liberté

quand

les communautés

se referment

et

attisent les haines

et quand

je ne peux plus

aller quelque part

faire

quelque chose

avec

quelqu’un

parce que

ces endroits

ne sont plus

aussi ouverts

qu’ils étaient

autrefois

parce que

tout à coup

la rue

n’est plus

à tout le monde

mais

en tout cas

plus à toi

 

 

 

il y a quelque chose de pourri dans mon égalité

quand

mosquée et synagogues

sont brûlées

et que les curés peuvent encore

en toute impunité

détruire les âmes

de leurs

jeunes initiés

sans être

plus que ça

inquiétés

quand

être femme c’est

se battre deux fois plus

que

les hommes

pour

pouvoir enfin exister

Quand

dans une soirée

par son mari

sans cesse humiliée

c’est sa femme qui

le lendemain

prends son téléphone

pour

l’excuser

 

Il y a quelque chose de pourri dans ma fraternité

quand

on passe

encore

sans regarder

le pas-de-chance

qui git sur les pavés

et

qu’on se dit

dans un soupir

ça aurait pu

être moi

mais ça ne l’a

pas été

ça pourrait

être moi

mais ça ne l’est pas

Quand aux infos

on voit la jungle de Calais

et

en secouant la tête

on soupire encore

sans se dire

j’aurais pu y aller

j’aurais du y aller

je devrais y aller

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *