Entrelacé

Quand encore

Au bout de toutes ses nuits

les corps suffiront

je m’allongerai

pour combler les vides

sur le sol froid

unique liens entre les abîmes

qui couvre les terres

encres qui habillent nos veines

où je plantais un jour une graine

unique parures

de multiples futurs

aux sérieux de nos âmes

lorsque l’écorce se fissurait

quand encore

et bout à bout

en se sentant vivant

des morceaux brûlaient

les mains se toucheront

pour me laisser à vif

lieront les fragments

et la survie se trouvait

dans nos épuisements respectifs

dans ses nouvelles terres

la force nouvelle

et non comme je le croyais

créatrice des chaos

à la recherche des bouts

de la toile des avenirs

qui étaient moi

et nous n’oublierons pas

avant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *