Livepoesie#3

Clusaz 13/03 #3

 

Les mots

s’intersticent

au milieu

des êtres

et des sois

et tracent

en subreptice

la trame

des soirs

où il faut

que les drames

nécessaires

se jouent encore

une fois

se répètent

et les croix

que nous portons

s’alourdissent

des maux

que nous ne voulons

plus vivre

ou revivre

sur les tons

qui avaient été

donnés

autrefois

Il faudrait

extraire

de toutes ces matières

un souffle de renaissance

de souffle nouveau

de nouvelles arborescences

et recréer encore

un passé

sans ses souffrances

et rire à nouveau

ensemble

des mots

qui n’ont pu

souvent

n’être

que des signes

d’impuissances.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *