Avenir commun

Il y a quelque chose qui sombre

Et j’espère que ce n’est pas moi

Le clapotis se transforme 

Et bientôt le tsunami est à nos pieds

Ceux qui dorment sont emportés

Ils ne se réveilleront plus

Ceux qui crient encore au loin

N’ont plus les réponses

Les questions se sont perdues

Entre le rivage et la mer

La plage à disparue

Il y a encore un feu de joie

Qui brûle malgré la tempête

Mais on dit qu’il ne pourra pas

Réchauffer tous les autres autour

Au delà du troisième cercle

C’est la Nuit qui domine

Et dans le noir

Ce sont les monstres de l’enfance qui font loi.

Peut-être qu’il n’y aura même

Plus aucun lendemain

Ceux qui dorment au-delà du troisième cercle

Disparaissent sans un bruit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *