L’Odyssée du « Nous »// Les Intranquilles – [Axes de recherches / Ebauches ]

#1

[…] Nous avions voulu construire un monde nouveau, qui pour ses nouvelles lois, n’en érigeaient aucunes, qui ne partaient de rien d’autre, que de nos volontés diverses d’avoir à cœur et au cœur de chacun.e d’entre nous, de chacune de nos actions, l’humain en tête, [cet être, si fragile, si beau, parfois si contraires à ses propres vouloirs.] C’était sans compter qu’il était presque impossible d’édifier alors, sur un sol qui, mouvant sans cesse, créait perpétuellement de nouveaux abîmes, et les efforts constants de poser des fondations ne pouvaient aboutir. Chaque morceau de terre, ceux-là mêmes qui aux premiers abords nous semblaient inamovibles, presque trop pesants, où nous avions commencé à poser les première pierres, s’affaissaient sous les première tentatives d’ériger plus haut, de créer les passerelles [/ponts] nécessaires entre chacun des piliers de la fondation/[des ses fondations]. Nous avions bien dû nous rendre à l’évidence : avant de construire, il faut, comme les jardinier.e.s pendant l’Hiver, préparer le terrain, rendre le sol malléable, perméable mais non mouvant. Pour qu’ainsi au Printemps revenu, les pierres que nous poseront s’enracinent durablement dans le sol choisi et que ses soubresauts, ses quelques tremblements nécessaires à toutes les résistances, à tous les constructions, si éphémères soient-elles, ne mettent plus à terre les longs mois de travail et de peine que demande l’effort de construire des mondes nouveaux, et de les relier entre eux.[…]

Une réponse sur “L’Odyssée du « Nous »// Les Intranquilles – [Axes de recherches / Ebauches ]”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *